RETRAITES : le Conseil d’État rend un avis très critique sur la réforme et sur la méthode du gouvernement.

Bdx.jpg, janv. 2020
La plus haute juridiction a rendu le 23 janvier, veille de l’examen du projet devant le conseil des ministres, un avis (399.528 et 399.529) très sévère sur celui-ci. Le Conseil d’Etat n’a pas eu le temps nécessaire pour étudier sereinement les textes et critique également les projections financières et les engagements pris par l’exécutif.

Cette réforme « inédite depuis 1945 et destinée à transformer pour les décennies à venir l’une des composantes majeures du contrat social », comporte des « projections financières lacunaires », en particulier sur la hausse de l’âge de départ à la retraite, le taux d’emploi des seniors, les dépenses d’assurance-chômage et celles liées aux minima sociaux. Le choix de recourir à 29 ordonnances, y compris « pour la définition d’éléments structurants du nouveau système de retraite », « fait perdre la visibilité d’ensemble qui est nécessaire à l’appréciation des conséquences de la réforme ».

logo conseil etat.jpg, janv. 2020

Le Conseil d’État estime en outre que l’engagement de revaloriser les salaires des enseignants et des chercheurs via des lois de programmation est condamné car constituant une injonction de déposer un projet de loi, contraire à la Constitution.
L’exécutif va être forcé de revoir sa copie sauf à être censuré par le Conseil constitutionnel.
C’est bien la façon de faire du gouvernement qui est largement fustigée par le Conseil d’État, pointant l’impréparation ou l’amateurisme autour de cette réforme.

Prévention et lutte contre le harcèlement et les discriminations

Le 15 janvier 2020 s’est tenu, au lycée Victor-Louis de Talence (33), un colloque sur la prévention et la lutte contre le harcèlement et les discriminations, en présence de plusieurs dizaines d’adhérents des syndicats UNSA de Nouvelle-Aquitaine et sous l’égide du CEFU.

b.jpg, janv. 2020

Lire la suite

L’UNSA déterminée : ni puni•es, ni perdant•es !

Après des manifestations très suivies en Nouvelle-Aquitaine comme dans toute la France l’UNSA a rappelé au Premier Ministre qu’on ne pouvait pas faire une réforme universelle dite « égalitaire » sans assurer de l’équité entre tous les métiers (pénibilité, régimes spéciaux, minimum contributif…). Si, sur la mesure d’âge à 64 ans, l’exécutif ne change pas de ligne, l’UNSA appellera à des actions de mobilisation en janvier.

UNSA déterminée.jpg, déc. 2019

Lire la suite